What is academic freedom? A composite image

What is academic freedom? A composite image
28 May 2018 by Shannon Dea

[La version française suit.]

 

Let’s be honest. In day-to-day campus life, we’re most likely to hear academic freedom invoked by faculty members pushing back against working conditions they disagree with. Whether the university is directing instructors to list “intended learning outcomes” on their syllabi, or adopting a new scheduling system that will give instructors less say about when they teach, profs inevitably respond by citing academic freedom. But, outside of cases like this, it is rare for scholars to actually discuss what academic freedom is and why it’s important.

 

Until I started daily blogging about academic freedom, I didn’t know a lot about it either. However, I worried that debates about campus free expression were often misaligned with the principles of academic freedom. So, I set out to learn more and to share what I was learning.

 

Academic freedom is defined in a range of international, national, provincial, and university-level statements. Each of them tells a slightly different story. Here are a few key texts:

 

 

Here is a handy overview of these documents.

 

As well, most Canadian universities have their own statements on academic freedom – very often in faculty association collective agreements, but sometimes also at the level of university policy.

 

What emerges when you start to read these documents is that academic freedom is complex. In general, the fullest statements of academic freedom discuss the following elements:

As well, some statements of academic freedom include discussion of institutional autonomy – the right of universities to determine their academic mission through the process of collegial governance. (In general, organizations like Universities Canada, which represent the university as employer, regard institutional autonomy as the institutional form of academic freedom. By contrast, CAUT, which represents faculty members as employees, emphasizes the academic freedom of individual scholars and treats institutional autonomy as importantly distinct from academic freedom.)

While university associations and faculty associations typically characterize academic freedom slightly differently, it is possible to assemble a kind of “composite image” of academic freedom from the various policy statements about it. It looks something like this:

Universities and university scholars play a special social role in the search for truth and the advancement of knowledge. In order to perform this role, they require academic freedom. Scholars must be free to decide on lines of inquiry; to choose research topics and methodologies; to create; to curate; to teach; to learn; to disseminate their scholarship and creations; to criticize the institution and to express their views extramurally. Further, they must be free from institutional censorship, including censorship of library collections. Academic freedom carries with it duties and responsibilities. In particular, scholars have the duty to use their academic freedom in a manner consistent with the scholarly obligation to base research on an honest search for truth. Scholarship (including teaching) should be conducted in accordance with ethical and professional standards. Scholars must not misrepresent their expertise, nor claim to represent the university.

This composite image covers what most academic freedom statements say about the source of academic freedom, what the subsidiary freedoms are, and what the attendant responsibilities are.

What my composite doesn’t do is indicate who has academic freedom. This is one of the contested questions in the domain. Everyone agrees that tenure-stream university professors have academic freedom, and most people agree that university librarians have academic freedom. The question is whether non-tenure-stream instructors, post-doctoral researchers, support staff, and students have academic freedom.

Key academic freedom statements make clear that all teachers and researchers, irrespective of appointment type, ought to have academic freedom. However, there are few de jure protections of the academic freedom of most non-tenure-stream scholars. As we discussed in our last post, universities’ increasing reliance on precarious workers is thus a major threat to academic freedom, and by extension to the important social role played by universities. Finally, there is considerable disagreement over whether students – especially grad students – have academic freedom, and if so what types and to what degree.

In short, academic freedom is important and complicated. The story gets even more complicated when we consider the interaction between academic freedom and constitutionally-protected freedom of expression, and try to prise apart academic freedom from campus free speech. We’ll take that up in our final post in this series.

 

Shannon Dea is an Associate Professor of Philosophy at University of Waterloo. She works on history of philosophy, philosophy of sex and gender, teaching and learning, and social philosophy. She is the author of Beyond the Binary: Thinking About Sex and Gender (Peterborough: Broadview, 2016).

The French translation of this blog post has been done by Guillaume Beaulac, researcher in philosophy and in cognitive science, working in philosophy of cognitive science, on critical thinking and in epistemology (especially social and applied).

 

Qu’est-ce que la liberté académique ? Une image composite

 

Soyons honnête. Dans la vie sur le campus, au jour le jour, le plus probable est que la liberté académique soit invoquée par des membres du corps enseignant qui repoussent des conditions de travail avec lesquelles elles et ils sont en désaccord. Que l’université demande aux enseignant-e-s de faire la liste des "objectifs d’apprentissage visés" sur leur plan de cours ou qu’elle adopte un système pour faire l’horaire des cours leur donnant moins d’espace pour s’exprimer au sujet des moments où elles et ils enseignent, les profs répondent inévitablement en mentionnant la liberté académique. Par contre, en dehors de cas comme ceux-ci, il est rare que des chercheur-e-s de véritablement discuter de la liberté académique et de pourquoi elle est importante.

 

Jusqu’à ce que je commence à écrire des billets de blogue sur la liberté académique à chaque jour, je ne connaissais pas grand-chose à ce sujet non plus. Cependant, j’étais inquiète que les débats sur la liberté d’expression sur les campus n’étaient pas en phase avec les principes de la liberté académique. Alors j’ai fait en sorte d’en apprendre davantage et de partager ce que j’apprenais.

 

La liberté académique est définie dans un ensemble d’énoncés faits aux niveaux international, national, provincial ou au niveau d’une université en particulier. Chacun de ces énoncés propose une histoire un peu différente. Voici quelques textes clé :

 

 

Voici un survol pratique de ces documents.

 

Notons aussi que la plupart des universités canadiennes ont leur propre énoncé sur la liberté académique – souvent dans les conventions collectives du personnel enseignant, mais aussi parfois au niveau des politiques de l’université.

 

Ce qui ressort lorsque l’on commence à lire ces documents, c’est que la liberté académique est complexe. En général, les énoncés les plus complets proposent une discussion des éléments suivants :

 

Notons aussi que certains énoncés sur la liberté académique incluent une discussion de l’autonomie institutionnelle – le droit des universités de déterminer leur mission académique à travers les processus de la gouvernance collégiale. (En général, des organisations comme Universités Canada, qui représentent les universités comme employeur, voient l’autonomie institutionnelle comme étant la forme institutionnelle de la liberté académique. En contraste, l’ACPPU, qui représente les membres du corps enseignant comme employé-e-s, met l’accent sur la liberté académique des chercheur-e-s individuellement et traite l’autonomie institutionnelle comme étant distincte de façon importante de la liberté académique.)

 

Alors que les associations universitaires et les associations du personnel enseignant caractérisent généralement la liberté académique de façon un peu différente, il est possible de rassembler une sorte d’ "image composite" de la liberté académique à partir de ces différents énoncés à son sujet. Cela ressemble à quelque chose comme ceci :

 

Les universités et les chercheur-e-s universitaires jouent un rôle social particulier dans la recherche de la vérité et de l’avancement des connaissances. Pour remplir ce rôle, elles et ils ont besoin de la liberté académique. Les chercheur-e-s doivent être libres de décider des orientations de leurs recherches ; de choisir leurs sujets de recherches et leurs méthodologies ; de créer ; de conserver ; d’enseigner ; d’apprendre ; de disséminer leur érudition et leurs créations ; de critiquer les institutions et d’exprimer leurs points de vue en dehors des murs de l’université. De plus, elles et ils doivent être libres de la censure institutionnelle, incluant la censure des collections des bibliothèques. La liberté académique porte avec elle des devoirs et des responsabilités. En particulier, les chercheur-e-s ont le devoir d’utiliser leur liberté académique d’une manière qui soit cohérente avec l’obligation savante de baser leurs recherches sur une recherche honnête de la vérité. Ces activités savantes (incluant l’enseignement) devraient être conduites selon des normes éthiques et professionnelles. Les chercheur-e-s ne doivent pas donner une impression incorrecte de leur expertise ni prétendre représenter l’université.

 

Cette image composite couvre ce que la plupart des déclarations sur la liberté académique disent au sujet de la source de la liberté académique et de ce que sont les libertés et les responsabilités qui en découlent.

 

Ce que mon image composite ne fournit pas est une indication de qui possède la liberté académique. Il s’agit d’une question controversée dans le domaine. Tout le monde est d’accord que les professeur-e-s d’université ayant un poste permanent ou qui mène à la permanence disposent de la liberté académique, et la plupart des gens sont d’accord que les bibliothécaires universitaires en disposent aussi. La question est de savoir si les chargé-e-s de cours ou autres membres du personnel enseignant qui n’a pas de poste qui mène à la permanence, les chercheur-e-s postdoctoraux, le personnel de soutien et les étudiant-e-s disposent de la liberté académique.

Les énoncés clé au sujet de la liberté académique précisent que tou-te-s les enseignant-e-s et les chercheur-e-s devraient avoir la liberté académique. Cependant, il y a peu de protections de jure de la liberté académique de la plupart des chercheur-e-s n’ayant pas de poste qui mène à la permanence. Comme nous en avons discuté dans le dernier billet, la dépendance grandissante des universités aux employé-e-s à statut précaire est une menace majeure à la liberté académique et, par extension, à l’important rôle social joué par les universités. Finalement, il y a des désaccords profonds en lien avec la liberté académique des étudiant-e-s, principalement aux cycles supérieurs, à savoir de quel type est leur liberté académique et à quel degré celles-ci et ceux-ci peuvent en disposer.

En bref, la liberté académique est importante et complexe. L’histoire devient encore plus complexe lorsque l’on considère l’interaction entre la liberté académique et la liberté d’expression telle que protégée par la constitution, tout en essayant de distinguer la liberté académique de la liberté de parole sur les campus. Nous allons consacrer le dernier billet de cette série à ce sujet.

 

Shannon Dea est professeure agrégée en philosophie à University of Waterloo. Elle travaille en histoire de la philosophie, en philosophie du sexe et du genre, sur l’enseignement et l’apprentissage et en philosophie sociale. Elle est l’auteure de Beyond the Binary : Thinking About Sex and Gender (Peterborough : Broadview, 2016).

 

La traduction en français de ce billet a été effectuée par Guillaume Beaulac, chercheur en philosophie et en sciences cognitives, travaillant en philosophie des sciences cognitives, sur la pensée critique et en l’épistémologie (surtout sociale et appliquée).