Getting the Story Right on Academic Freedom and Campus Free Expression

Getting the Story Right on Academic Freedom and Campus Free Expression
07 Jun 2018 by Shannon Dea

 

[La version française suit.]

 

In the past couple of years, controversies about campus speakers have become a staple of the news cycle. This, in turn, has gotten lots of people talking about campus free expression. (Well, probably more folks talk about free speech than free expression, but free expression is more apt in the Canadian constitutional context, so let’s use that term here.)

 

Free expression champions often state that free expression is especially important on university campuses compared to other domains, but they tend to do so without argument. In this, the final post in my CPA series on academic freedom, I want to make the case that if free expression is especially important on university campuses, it is so because of the academic mission of the university. Further, academic freedom is the freedom that is distinctive of universities, and free expression is part of that broader rubric.

 

In Canada, freedom of expression is protected under the Charter of Rights and Freedoms. All Canadians, irrespective of whether they work at universities, have freedom of expression. However, that constitutionally protected freedom of expression has limitations, including workplace limitations. If I work at a McDonald’s and tell all of my customers that they should really be going to Wendy’s, my boss can fire me. My freedom of expression doesn’t permit me not to do my job. At universities, just as at McDonald’s, the requirements of one’s job can entail some limits on free expression. If I have been assigned to teach a course on formal logic, I can’t spend every class instead talking about my own personal peccadillos on free expression grounds.

 

As I discussed in my last post, university members have a distinctive freedom over and above those freedoms protected by the Charter – academic freedom. And, as we discussed, we have academic freedom because of the university’s academic mission. Academic freedom isn’t just one freedom, but many: the freedoms to decide on lines of inquiry; to choose research topics and methodologies; to create; to curate; to teach; to learn; to disseminate one’s scholarship and creations; to criticize the institution; and to express one’s views extramurally; as well as the freedom from censorship. So, university members have free expression and a whole lot more!

 

Notice though, that the free expression that falls under academic freedom is a freedom afforded members of the university in their capacity as scholars who play a part in the academic mission of the university. So, not all campus speakers have the free expression that is a part of academic freedom. In particular, speakers who do not play a role in the scholarly mission of the university don’t have academic freedom, or the particular freedom of expression that flows from it.

 

Now, we want to be really careful about excluding too many people from this special academic free expression. After all, speakers can play a part in the academic mission in various ways. I might, for example, bring in a nurse to speak to one of my classes on a matter relating to applied ethics. Even though that nurse isn’t university personnel, they are contributing to the university’s scholarly mission through their participation in my class. By contrast, though, a social club (as opposed to an academic body) that brings in a speaker for an extracurricular event might be doing so for reasons other than the academic mission of the university. If there is no conflict between this event and the academic mission of the university, then no problem. But if the non-scholarly event actually impedes the mission of the university, then the university is within its rights – arguably even duty-bound – to put a stop to it.

 

But look – who gets to decide how the university’s mission is operationalized? Well, there is no simple answer to that, but one principle that is pretty fundamental here is collegiality – both the collegial, competitive appointment of well qualified scholars (whom we trust to excellently advance the scholarly mission) and the policies and practices determined by collegial governance, in such venues as department and Senate meetings.

 

But let’s step back from governance and remind ourselves of why freedom of expression is part of academic freedom. It is part of academic freedom because we do better scholarship when we are not forced to suppress our sincere views as scholars. Now, this most centrally relates to views related to our scholarly expertise. However, it would be a bad idea to say that scholars only have academic free expression within their areas of expertise. Why? Well, there are a bunch of reasons:

  • our expertise can sometimes be hard to demarcate;
  • our scholarly interests and expertise can change over time and in unpredictable ways (six months ago, I had written a couple of emails and Facebook posts about academic freedom, but in the last four months, I’ve published about 60,000 words on the subject);
  • confining free expression to one’s area of expertise can provide a dangerous mechanism for supervisors and senior colleagues to act as gatekeepers to one’s scholarly expression.

 

There is a further reason why university scholars should have free expression beyond their wheelhouse. One of the important roles that universities and university scholars provide to the broader society is intellectual leadership. The public and the media look up to professors. They seek professors’ views on matters of social importance. Professors ought to be able to honestly express their views to the public on a wide range of matters without risking their jobs. Put simply: we want a world in which Einstein can speak to the public about world peace without penalty.

 

When we allow the public conversation about campus free speech to treat the university just like any other domain, we miss out on the opportunity to vigourously defend academic freedom and the academic mission of the university. The argument from Charter freedoms may be a simpler one, but it does not do justice to the rich variety and important social purpose of academic freedom, nor to the crucial role of free expression that flows from both of these. As I argued in my first post in this series, the threats to academic freedom are wider and more serious than those posed by reactions to controversial campus speakers. It is high time for philosophers – and scholars more broadly – to get the story right.

 

 

Shannon Dea is an Associate Professor of Philosophy at University of Waterloo. She works on history of philosophy, philosophy of sex and gender, teaching and learning, and social philosophy. She is the author of Beyond the Binary: Thinking About Sex and Gender (Peterborough: Broadview, 2016).

The French translation of this blog post has been done by Guillaume Beaulac, researcher in philosophy and in cognitive science, working in philosophy of cognitive science, on critical thinking and in epistemology (especially social and applied).

 

 

 

Avoir l’heure juste sur la liberté académique
et la liberté d’expression sur les campus

 

 

Dans les quelques dernières années, des controverses au sujet de personnes invitées à venir parler sur les campus sont devenues récurrentes dans les cycles de nouvelles. Ceci, à son tour, a amené plusieurs personnes à parler de la liberté d’expression sur les campus. (En fait, probablement plus de gens parlent de la liberté de parole que de liberté d’expression, mais la liberté d’expression est plus juste dans le contexte constitutionnel canadien; nous utiliserons donc ce terme ici.)

 

Les champion-ne-s de la liberté d’expression disent souvent que la libre expression est particulièrement importante sur les campus universitaires, plus que dans d’autres domaines, mais celles- et ceux-ci tendent à le dire sans offrir d’arguments. Dans ce billet, le dernier de ma série pour l’ACP sur la liberté académique, je veux défendre l’idée que si la liberté d’expression est particulièrement importante sur les campus universitaires, elle l’est en raison de la mission académique de l’université. De plus, la liberté académique est la liberté qui est propre aux universités et la liberté d’expression fait partie de cette catégorie plus large.

 

Au Canada, la liberté d’expression est protégée sous la Charte des droits et libertés. Toutes les personnes canadiennes, peu importe si elles travaillent ou non au sein d’une université, ont la liberté d’expression. Cependant, cette forme de liberté d’expression protégée par la constitution a ses limites, incluant des limites liées au lieu de travail. Si je travaille dans un McDonald’s et que je dis à toute la clientèle qu’elle devrait plutôt aller chez Wendy’s, ma patronne ou mon patron peut me renvoyer. Ma liberté d’expression ne me permet pas de ne pas faire mon travail. Dans les universités, comme chez McDonald’s, les exigences de l’emploi d’une personne amènent des limites à la liberté d’expression. Si l’on m’a demandé de donner un cours de logique formelle, je ne peux pas passer chaque séance de classe à propos de peccadilles personnelles en m’appuyant sur la liberté d’expression.

 

Comme j’en ai discuté dans mon dernier billet, les membres d’une université disposent d’une liberté particulière qui va au-delà des libertés protégées par la Charte – la liberté académique. Et, comme nous en avons discuté, nous disposons de la liberté académique en raison de la mission académique des universités. La liberté académique n’est pas qu’une liberté, mais bien plusieurs : les libertés de décider des orientations de leurs recherches ; de choisir leurs sujets de recherches et leurs méthodologies ; de créer ; de conserver ; d’enseigner ; d’apprendre ; de disséminer leur érudition et leurs créations ; de critiquer les institutions ; d’exprimer leurs points de vue en dehors des murs de l’université ; en plus d’échapper à la censure. Ainsi, les membres d’une université ont la liberté d’expression et un bon nombre d’autres !

 

Remarquez toutefois que la liberté d’expression qui tombe sous la liberté académique est une liberté qui est donnée aux membres d’une université en leur fonction de chercheur-e-s qui jouent un rôle dans la mission académique de l’université. Ainsi, ce ne sont pas toutes les personnes qui viennent parler sur un campus qui disposent de la liberté d’expression qui fait partie de la liberté académique. En particulier, les conférencier-ère-s qui ne jouent pas de rôle dans la mission de recherche de l’université ne disposent pas de la liberté académique ni de la liberté d’expression particulière qui en découle.

 

Maintenant, nous voulons faire preuve d’une grande prudence pour ne pas exclure trop de personnes de cette liberté d’expression particulière au sein de l’université. Après tout, ces conférencier-ère-s peuvent prendre part à la mission académique de plusieurs façons. Je peux, par exemple, inviter un-e infirmier-ère parler d’un sujet en éthique appliquée dans l’un de mes cours. Même si cet-te infirmier-ère ne fait pas partie du personnel de l’université, elle ou il contribue à la mission de recherche de l’université à travers sa participation à ma séance de cours. En contraste, cependant, un club social (en opposition à une organisation académique) qui invite un-e conférencier-ère pour un événement extracurriculaire peut le faire pour d’autres raisons que celles de la mission académique de l’université. S’il n’y a pas de conflit entre cet événement et la mission académique de l’université, alors il n’y a pas de problème. Mais si l’événement, qui n’est pas de nature savante, empiète sur la mission de l’université, alors l’université est dans son droit — elle est peut-être même contrainte par un devoir — de l’arrêter.

 

Mais, un instant – qui décide de comment la mission de l’université est mise en œuvre ? En fait, il n’y a pas de réponse simple à cette question, mais un principe qui est plutôt fondamental ici est la collégialité – autant dans l’embauche collégiale et compétitive de personnes savantes bien qualifiées (à qui l’on fait confiance pour avancer de façon excellente la mission de recherche de l’université) que dans les politiques et les pratiques déterminées par la gouvernance collégiale, dans des endroits comme les départements et les rencontres du Sénat.

 

Mais laissons la gouvernance de côté et souvenons-nous de la raison pour laquelle la liberté d’expression fait partie de la liberté académique. Elle fait partie de la liberté académique parce que nous produisons de la recherche de plus haute qualité quand nous ne sommes pas forcés de nous museler quant à nos points de vue sincères en tant que chercheur-e-s. Maintenant, ceci est lié de façon surtout centrale à des points de vue liés à notre expertise comme chercheur-e-s. Cependant, ce serait une mauvaise idée que de dire que les chercheur-e-s ne disposent de la liberté d’expression académique qu’au sein de leurs domaines d’expertise. Pourquoi ? En fait, il y a un paquet de raisons :

  • l’expertise est parfois difficile à délimiter ;
  • nos intérêts de recherche et notre expertise peuvent changer au fil du temps et de façon difficilement prévisible (il y a six mois, j’avais écrit quelques courriels et billets sur Facebook au sujet de la liberté académique, mais dans les quatre derniers mois, j’ai publié environ 60 000 mots sur le sujet );
  • confiner la liberté d’expression au champ d’expertise d’une personne peut offrir un mécanisme dangereux pour que les directions de recherche et les collègues séniors agissent comme contrôleurs de l’expression d’une personne liée à ses recherches.

 

Il y a une raison supplémentaire pour laquelle les chercheur-e-s universitaires devraient disposer de la liberté d’expression au-delà de leur zone de confort. L’un des rôles importants que les universités et les chercheur-e-s universitaires fournissent à la société au sens large est celui d’un leadership intellectuel. Le public et les médias ont une certaine admiration pour les professeur-e-s. Ils cherchent à avoir le point de vue de professeur-e-s sur des sujets qui ont une importance sociale. Les professeur-e-s devraient pouvoir exprimer honnêtement leurs points de vue au public sur un large éventail de sujets sans risquer de perdre leur emploi. Pour le dire simplement : nous voulons un monde dans lequel Einstein peut parler au public au sujet de la paix dans le monde sans pénalité.

 

Lorsque nous permettons que les conversations publiques au sujet de la liberté de parole sur les campus traitent les universités comme n’importe quel autre domaine, nous ratons l’occasion de défendre vigoureusement la liberté académique et la mission académique de l’université. L’argument de la Charte des libertés en est peut-être un plus simple, mais il ne rend pas justice à la grande diversité et à l’objectif social important de la liberté académique, ni au rôle essentiel de la libre expression qui découle de ces deux éléments. Comme je l’ai défendu dans mon premier billet de cette série, les menaces à la liberté académique sont plus larges et plus sérieuses que celles posées par les réactions à des invité-e-s controversé-e-s sur les campus. Il est grand temps pour les philosophes — et les chercheur-e-s plus généralement — d’obtenir l’heure juste.

 

 

Shannon Dea est professeure agrégée en philosophie à University of Waterloo. Elle travaille en histoire de la philosophie, en philosophie du sexe et du genre, sur l’enseignement et l’apprentissage et en philosophie sociale. Elle est l’auteure de Beyond the Binary : Thinking About Sex and Gender (Peterborough : Broadview, 2016).

 

La traduction en français de ce billet a été effectuée par Guillaume Beaulac, chercheur en philosophie et en sciences cognitives, travaillant en philosophie des sciences cognitives, sur la pensée critique et en l’épistémologie (surtout sociale et appliquée).